La double peine : Violence contre les mères sans statut

Mother with her child

La maternité est à la fois le plus beau métier du monde et aussi l’un des plus exigeants, des plus difficiles et des plus prenants. L’éducation des enfants, la planification financière et la gestion des facteurs sociétaux externes sont autant de défis qui se trouvent au cœur de la maternité. Ces défis sont généralement aggravés pour les femmes aux identités croisées : statut matrimonial, statut socio-économique, âge, statut d’immigration, etc. Un groupe de mères est particulièrement confronté à une combinaison unique de défis : les mères sans statut peuvent également être dans l’obligation de choisir entre rester dans une relation intime abusive, vivre sans accès aux services sociaux et sans accès au travail, ou être expulsées du pays.

Lorsque nous parlons de « mères sans statut », nous faisons référence aux mères qui ne sont ni citoyennes canadiennes ni résidentes permanentes. Elles n’ont pas de statut permanent en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés qui leur permettrait d’habiter et de travailler au Canada. Des ordonnances du tribunal de la famille peuvent également les empêcher d’emmener leurs enfants avec elles si elles quittent le pays. Elles vivent dans la peur constante d’être expulsées alors que leurs enfants restent sous la garde de l’ex-partenaire violent ou du ministère de l’Enfance et de la Famille (BC).

La violence contre les mères sans statut au Canada : Les données à l'appui

Selon le rapport de recherche du YWCA, on estime qu’au moins 60 femmes qui sont dans cette situation en Colombie-Britannique seulement. Ces femmes présentent peu de points communs en matière d’âge, de pays d’origine et même de situation socio-économique: elles proviennent d’horizons plus ou moins privilégiés. La majorité d’entre elles sont arrivées avec un visa de visiteur après s’être engagées dans une relation sérieuse avec un citoyen canadien, mais n’ont jamais obtenu de statut légal en raison de comportements abusifs et de promesses de visa non tenues.

Obstacles auxquels sont confrontées les mères sans statut

Bien que les mères sans statut soient confrontées à des formes de violence similaires à celles que subissent les femmes nées au Canada, elles doivent également faire face à des obstacles supplémentaires. Elles sont souvent incapables de travailler légalement pour subvenir aux besoins de leurs enfants, d’accéder à des services sociaux adaptés aux particularités de leur culture et à des logements subventionnés, ou de demander de l’aide auprès du système judiciaire.

Une forme de mauvais traitements à laquelle sont confrontées uniquement les mères sans statut est la menace d’être dénoncées et expulsées du Canada sans leurs enfants. L’ex-partenaire peut mettre fin au processus de parrainage, laissant la femme dans les limbes de l’immigration et grandement désavantagée dans la lutte de la garde des enfants. La femme en question peut aussi subir de grande difficulté à naviguer le système juridique si l’anglais n’est pas sa langue maternelle, ou si son partenaire l’a délibérément mal informé de ses droits.

L’absence de soutien juridique, sanitaire et financier peut également exacerber le sentiment d’isolement dans une relation abusive, les empêchant de s’informer sur leurs droits et de demander de l’aide aux organisations qui viennent en aide aux femmes. Toutes ces incertitudes et craintes les incitent à rester avec leur agresseur.

Transit Secours appuie les femmes victimes de violence, quel que soit leur statut

Actuellement, nombreux sont ceux qui ne sont pas au courant des multiples obstacles qui empêchent les mères sans statut de quitter la situation de maltraitance qu’elles vivent au quotidien. C’est pourquoi une telle attention est indispensable pour soulager leurs souffrances et pour protéger leurs enfants.

Au début des années 2000, le YWCA a lancé le projet « Mères sans statut légal au Canada » afin de soutenir les mères sans statut en leur offrant une aide au revenu, un logement et une aide juridique, tout en préconisant des changements aux niveaux provincial et national. Leur rapport de recherche (2010) constitue une excellente ressource pour les Canadiens qui souhaitent comprendre la profondeur de cette question et pour identifier les moyens d’apporter des changements significatifs.

En tant qu’allié des droits des femmes, Transit Secours reconnaît les défis logistiques et juridiques uniques auxquels sont confrontées les mères sans statut au Canada. Transit Secours atténue les obstacles logistiques et financiers qui empêchent quiconque, quel que soit son statut d’immigration, de quitter son partenaire violent, en prenant toutes les dispositions nécessaires pour déménager et entreposer ses biens en toute sécurité. En plus de fournir un soutien pour aider les survivantes à transitionner vers une vie sans violence, Transit Secours s’associe à des organisations telles que le YWCA et MOSAIC qui proposent des initiatives particulières destinées aux mères sans statut.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top

There are many variations of passages of Lorem Ipsum available, but the majority have suffered alteration in some form, by injected humour, or randomised words which don’t look even slightly believable. If you are going to use a passage of Lorem Ipsum, you need to be sure there isn’t anything embarrassing hidden in the middle of text.